Replongeons-nous dans le passé. Avec Berlin sera notre tombeau tome 3, de Michel Koeniguer et Vincenzo Giordano chez Paquet, la légèreté, ce n’est pas vraiment au programme.

29 avril 1945. Les derniers membres de la division Charlemagne combattent toujours dans les ruines de Berlin, pilonnée par l’armée rouge. Soldats français ayant choisi de s’engager dans la Waffen SS, ils servent Hitler jusqu’au bout. Christian Claudel survivra-t-il au piège ou Berlin sera-t-il bel et bien son tombeau ?

Rappelons que Michel Koeniguer l’auteur de cette série, est décédé pendant la réalisation de cet album. Il avait dessiné la moitié du récit et storyboardé la seconde partie. Les éditions Paquet ont choisi de lui rendre hommage en offrant aux lecteurs la conclusion de ce récit. Ce respect et cette fidélité à un artiste mérite bien un coup de chapeau. Ils ont fait appel au dessinateur italien, Vincenzo Giordano, pour terminer le travail. C’est un excellent choix car la transition se fait très subtilement. Il prend la suite de Koeniguer et achève le récit avec discrétion. Leurs traits réalistes se fondent et le lecteur termine la terrible histoire avec une belle pudeur.  Le coloriste Fabien Alquier, déjà actif sur les tomes précédents, a contribué à maintenir une ambiance cohérente. Ça nous réconforte dans la lecture. C’est donc une fin de série, pour des personnages qui sont fondamentalement des “méchants”. Ils sont ce qui s’est fait de pire en termes de collaboration avec les nazis puisqu’ils ont servi l’ennemi dans son corps d’armée le plus nuisible et le plus idéologique, sont les traîtres ultimes, et  sont morts pour la défense du 3e Reich.

 

Tout ceci, Michel Koeniguer ne l’occulte pas. Il met en avant l’idéologie de ces hommes. La peur et la haine du communisme qui constituait pour eux les seulsennemis valables pour la France. Ce patriotisme douteux, l’auteur en fait une de ses trois conclusions, et tire des perspectives qui font froid dans le dos. La deuxième clôt le récit personnel du personnage Christian Claudel. La troisième tente d’apporter un peu d’humanité à des personnages qui ne sont jamais excusés mais qui, en tant qu’êtres humains, étaient aussi capables d’empathie. Mais pas pour tous leurs semblables, malheureusement. Combats acharnés, luttes idéologiques nauséabondes, quête d’humanité, ce troisième tome de Berlin sera notre tombeau, de Michel Koeniguer et Vincenzo Giordano, mérite d’être lu. Pour rendre hommage à son créateur mais aussi parce que la série constitue un regard décalé sur notre passé noir, sans jamais chercher à minimiser les actes deshonorant. Ce travail d’équilibriste de Michel Koeniguer, imposait presque une critique.

Écouter notre podcast "Le Bruit des Bulles"

Écouter notre podcast "Le Bruit des Bulles"

BLYND s'associe à Yaneck Chareyre, journaliste et critique BD pour co-créer le podcast " Le Bruit des Bulles ".

L'idée est simple : chaque mois, il sélectionne trois œuvres du monde de la bande dessinée et t'explique pourquoi il les a aimées.

Lancement des précommandes de la série audio Blacksad !
Précommander Blacksad